Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 21:50

L'UMP critique aujourd'hui vivement la réforme des rythmes scolaires. Pourtant, ils n'ont pas toujours été de cet avis !

En juin 2010, Luc Châtel lançait le débat de réforme des rythmes scolaires et déclarait :

Je pense que le temps est venu de se pencher globalement sur cette question avec un peu de recul, du temps, de manière dépassionnée.

A l'époque, le ministre de l'Education nationale n'avait pourtant pas convié les syndicats d'enseignants et les parents d'élèves.

 

 

Six mois plus tard, en décembre 2010, un rapport présenté par MM. Xavier Breton (UMP) et Yves Durand (PS) sur les rythmes scolaires préconisait l'interdiction de la semaine de quatre jours déclarant :

Le point de départ de toute réforme en la matière étant connu – la semaine de quatre jours est insatisfaisante –, il suffirait de déterminer si l’on interdit, au niveau national, cette organisation et si l’on augmente sa durée d’une demi-journée ou d’une journée, voire de plus d’une journée. (…) On ne rappellera pas ici les effets négatifs de la semaine de quatre jours sur la fatigue des élèves et la qualité des apprentissages.

Le rapport évoquait par ailleurs la réforme des congés scolaires qui préconisait «l’alternance de 7 semaines de classes et de 2 semaines de vacances scolaires» (comme l'a rappelé Vincent Peillon dimanche soir sur BFMTV) et qui suggérait le raccourcissement des vacances d'été de deux ou trois semaines.

 

En juillet 2011, un rapport d'orientation pour «des rythmes plus équilibrés pour la réussite de tous» du ministère de l'Education nationale remis à Luc Châtel préconisait lui aussi la réforme des rythmes avec un enseignement réparti sur 9 demi-journées par semaine et la suppression de deux semaines de vacances l'été.

 

Enfin, la 2e convention nationale de présentation du projet 2012 de l'UMP sur «l'avenir des enfants de France» préconisait :

Pour dégager du temps pour cet accompagnement personnalisé, nous allongerons la durée de l’année scolaire en réduisant les vacances d’été, et nous allègerons la journée des élèves pour mieux tenir compte de leur rythme.

 

En bref, sur ce sujet comme sur d'autre, l'UMP a retourné sa veste !

 

 

source : http://www.parti-socialiste.fr

Repost 0
Published by PS PLATEAUX CAUX CAILLY CANTON DE PAVILLY - dans Droite ( n'oublions pas leurs paroles passées)
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 09:09

En voulant modifier les rythmes scolaires, le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, a mécontenté une partie des professeurs des écoles qui verraient leur semaine modifiée. Et l'opposition se gausse d'une gauche qui, selon elle, réussit à se mettre tout le monde à dos, y compris la communauté scolaire, réputée penchant largement de ce côté de l'échiquier politique.

Dans un entretien accordé aux Echos, l'ancien ministre de l'éducation, Luc Chatel, a reproché au gouvernement et à son successeur en particulier, le manque de"concertation" dans la réforme des rythmes scolaires.

Ce qu'il a dit : "Le gouvernement s'abrite derrière des concertations qui n'en ont que l'apparence. (...) Je trouve insultant de dire que s'il y a une mobilisation, c'est à cause du corporatisme des enseignants alors que cela traduit une mauvaise gestion des relations sociales et un manque de concertation."

Pourquoi c'est incomplet : Le prédécesseur de Vincent Peillon au ministère de l'éducation est dans son rôle d'opposant. Et son avis est, par certains aspects, proche de celui des enseignants du primaire qui ne se retrouvent pas dans la réforme proposée - ou plutôt imposée, regrettent-ils.

Mais que M. Chatel tape sur "des concertations qui n'en ont que l'apparence" est plus étonnant dans la mesure où, ministre, il avait justement entrepris une longue consultation- concertation, premier pas d'une réforme des rythmes scolaires. Le tout a duré 18 mois, a été intronisé en grande pompe et devait mener à une réforme en profondeur de l'organisation des horaires en classes et des vacances scolaires.

Les ministres passent, mais les rapports qu'ils ont commandés restent. Si l'on se penche sur le Rapport d'orientation sur les rythmes scolaires, on y lit que la "quasi-unanimité" de ceux qui ont participé à cette concertation estiment que la "densité de la journée d’école a été fortement accentuée par la suppression d’une demi-journée de classe dans la semaine".

Qu'a fait la précédente majorité de cette ambitieuse concertation ? Rien. Repoussée à plusieurs reprises, la traduction par la loi des préconisations a été repoussée à 2013... en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle. C'est pourtant le même Nicolas Sarkozy qui avait instauré, avec son ministre Xavier Darcos, la semaine de quatre jours en 2007.

M. Chatel le dit explicitement dans ce même entretien : il est toujours favorable à la réforme des rythmes scolaires. Mais reprocher un manque de concertation, c'est oublier les travaux d'un ministère qu'il dirigeait il y a peu. Et oublier aussi qu'à ce poste, il n'avait rien entrepris de concret pour réformer la semaine et les vacances scolaires.

 

Article de Jonathan Parienté sur decodeurs.blog.lemonde.fr

 
Repost 0
Published by PS PLATEAUX CAUX CAILLY CANTON DE PAVILLY - dans Droite ( n'oublions pas leurs paroles passées)
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 13:35

L'agence Standard & Poors a annoncé la dégradation de la note de la France, qui a donc perdu sa notation triple A. Retrouvez les déclarations de la majorité sortante qui brandissait le triple A comme la preuve de sa bonne gestion de notre pays.

>> Agissez pour le changement et le retour de la croissance, soutenez le PS !

Nicolas Sarkozy: «Nous avons le triple A, c'est à dire que nous sommes considérés comme un pays bien géré»

 

 

 

 

Nicolas Sarkozy: «si on perd le triple A, je suis mort»

Propos tenus par le candidat sortant à des proches, rapportés dans le Canard enchaîné le 6 décembre 2011.

François Fillon: «le triple A de la France, c'est le résultat du travail des Français et des efforts que nous avons engagés»

Le 5 mai 2011, devant le Congrès des maires.

Valérie Pécresse: «la France conservera son triple A»

 

 

 

François Baroin: la France serait dégradée «dans la seconde» après un discours de politique générale socialiste:

 

 

 

 

La perte du triple A sanctionne la politique suivie depuis 2007

Repost 0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 17:03
Repost 0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 00:11

Ensemble...tout devient...raté !
envoyé par federationps76. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Intéressante avec le recul cette vidéo de la campagne présidentielle !
Repost 0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 00:00


Crise: Quand Nicolas Sarkozy vantait les subprimes
envoyé par LePostfr

Lorsque l'on mesure aujourd'hui les dégats de cette politique en Amérique, on ne peut qu'"admirer" la claivoyance politique de cet individu.

Cette claivoyance s'applique t'elle pour toutes ses propositions ?

La situation actuelle de la France donne elle même la réponse.


Repost 0